Comment les employeurs font-ils leur recrutement? (partie 1)

Par Marie-Michèle Dionne, le 4 octobre 2016

Depuis plus de 11 ans que j’exerce le métier de conseillère en emploi, je vous accompagne quotidiennement vers votre emploi rêvé. Pour être efficace dans mon travail, je dois me tenir à jour quant aux méthodes de recrutement utilisées par les employeurs afin de bien vous conseiller. Aujourd’hui, j’ai envie de vous partager des sources d’information fort intéressantes : une étude faite par Emploi-Québec auprès de 2089 entreprises en 2013 intitulée Les pratiques de recrutement des entreprises au Québec ainsi qu’une Enquête sur les pratiques de recrutement réalisée par le Service de placement de l’Université Laval en 2015 auprès de 514 professionnels.

cravate
Bon… quelques centaines de pages de statistiques, de résultats d’enquêtes et d’analyses, je comprends que ça peut être légèrement rebutant. Je me charge donc de répondre à des questions que me posent souvent mes clients en faisant ressortir quelques-uns des points saillants de ces études.

Le marché caché est-il encore d’actualité?

OUI! Pour les non-initiés, le marché caché, ce sont tous les emplois vacants qui ne sont pas publicisés. Ils sont comblés par des candidatures spontanées, des relations personnelles ou professionnelles de l’employeur, des références d’employés, d’anciens employés ou stagiaires et des chasseurs de tête. Traditionnellement, on disait que le marché caché comportait 80% des emplois disponibles, ce qui laissait seulement 20% pour le marché ouvert. La réalité d’aujourd’hui selon nos 2 études?

MARCHÉ CACHÉ MARCHÉ OUVERT
EMPLOI QUÉBEC 67,5% 32,5%
SPLA1 60,46% 39,55%
  1. Le sondage ayant servi pour cette étude a été rempli par des entreprises faisant affaire avec le SPLA, donc recrutant des étudiants ou des finissants universitaires.

Bon, d’accord, les chiffres varient, MAIS ils vont quand même dans le même sens. La part du marché ouvert a beaucoup progressé depuis le début des années 2000 avec le développement d’Internet. Malgré tout, il n’en demeure pas moins qu’entre 60 et 70% des employeurs n’affichent pas systématiquement les postes à combler. Je rajouterais aussi que 90,6% des répondants au sondage prennent les candidatures spontanées en considération lorsqu’aucun poste n’est affiché.

À retenir : Ne vous contentez pas d’éplucher les sites d’offres d’emploi, vous passez à côté de belles opportunités. Utilisez les réseaux sociaux (LinkedIn en tête de liste), profitez des événements spéciaux (salons d’emploi, portes ouvertes, 5 à 7, etc.) pour rencontrer les employeurs, contactez-les même si aucune offre affichée ne vous correspond. D’ailleurs, à la fin du mois, un salon dédié exclusivement aux personnes du domaine du secrétariat, travail de bureau et comptabilité se tiendra! Suivez notre page Facebook pour être à l’affût de plusieurs événements du genre!

Quels sont les critères de sélection les plus importants pour les employeurs?

Selon l’étude du SPLA, voici ce que les employeurs examinent le plus dans le CV :

  • l’expérience de travail
  • les études
  • les compétences
  • les réalisations professionnelles

Quant à la lettre de présentation, elle est évaluée en fonction de :

  • la qualité de la langue
  • la motivation du candidat par rapport au poste
  • les liens entre les compétences recherchées et celles du candidat
  • la motivation du candidat par rapport à l’entreprise

À retenir : Faites ressortir ces éléments dans votre candidature, ils vont vous avantager. Si vous êtes en transition ou en début de carrière, il est encourageant de constater que vous avez des chances de vous démarquer en mettant en évidence vos connaissances et vos compétences transférables.

En passant, 75% des employeurs préfèrent les CV chronologiques traditionnels aux CV par compétences. Faites évaluer le vôtre par un de nos conseillers afin de savoir s’il a le potentiel de séduire les recruteurs!

La suite de cet article, c’est par ici!


Pour recevoir d’autres conseils liés à la recherche d’emploi, abonnez-vous à notre infolettre mensuelle.